dimanche 7 mars 2021

8 Mars : SAINT JEAN DE DIEU, Fondateur des Frères de la Charité

Carême : Lundi de la 3ème semaine

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Évangile et la vie des Saints 
                     qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
             (Saint François de Sales.)


SAINT JEAN DE DIEU naquit au Portugal, le 8 mars 1495, de parents pauvres, mais chrétiens. Sa jeunesse, à la différence de celle de la plupart des saints, fut très orageuse. Agé de huit ans, il suivit, à l'insu de ses parents, les traces d'un voyageur qui se rendait à Madrid ; mais il se perdit et fut réduit à se faire le valet d'un berger.

Plus tard, il s'enrôla dans l'armée de Charles-Quint et subit l'entraînement du mauvais exemple. Il ne fallut pas moins qu'un coup de la Providence pour l'arracher au péril.

Après quelques nouvelles aventures, il apprit la nouvelle de la mort de sa mère et résolut de se convertir. Il tint parole, et dès lors il passa la plus grande partie de ses jours et de ses nuits dans la prière et la pénitence, exerçant à toute occasion, malheureux lui-même, la charité envers les malheureux.

Ce ne fut point là toutefois le terme de ses pérégrinations incertaines ; il cherchait sa voie, il ne la trouva que plus tard, alors qu'il avait déjà quarante-cinq ans.

Il s'établit à Grenade, s'y livra à quelque commerce et employa ses économies et les dons de la charité à la fondation d'un hôpital qui prit bientôt de prodigieux accroissements. On vit bien alors que cet homme, traité partout d'abord comme un fou, était un saint.

Pour procurer des aliments à ses nombreux malades, Jean, une hotte sur le dos et une marmite à chaque bras, parcourait les rues de Grenade en criant : « Mes frères pour l'amour de DIEU, faites-vous du bien à vous-mêmes. »

Sa sollicitude s'étendait à tous les malheureux qu'il rencontrait ; il se dépouillait de tout pour les couvrir et leur abandonnait tout ce qu'il avait, confiant en la Providence, qui ne lui manqua jamais.

Cette vie admirable est toute pleine d'innombrables traits de la plus touchante charité. Mais Jean, appelé par la voix populaire Jean de DIEU, ne suffisait pas à son œuvre; les disciples affluèrent; un nouvel Ordre se fondait, qui prit le nom de Frères Hospitaliers de Saint-Jean-de-DIEU, et s'est répandu en l'Europe entière.

Le soin des autres ne fit pas oublier à l'homme de la charité sa sanctification personnelle. Peu de saints ont atteint un pareil esprit de mortification, d'humilité et de mépris de soi-même. Un jour; la Mère de DIEU lui apparut, tenant en mains une couronne d'épines, et lui dit : « Jean, c'est par les épines que tu dois mériter la couronne du ciel. — Je ne veux, répondit-il, cueillir d'autres fleurs que les épines de la croix; ces épines sont mes roses. »

Une autre fois, un pauvre qu'il soignait disparut en lui disant : « Tout ce que tu fais aux pauvres, c'est à moi que tu le fais. »

Jean de DIEU mourut le 8 mars 1550, à l'âge de cinquante-cinq ans.

Pratique: Ne murmurez jamais contre les pauvres ; voyez en eux les membres souffrants de JÉSUS-CHRIST.

                                                           "Ô Marie conçue sans péché, 
                                             priez pour nous qui avons recours à Vous"

samedi 6 mars 2021

7 Mars : SAINT THOMAS D'AQUIN, Docteur de l'Église / CARÊME : Dimanche de la 3ème semaine

 
"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Évangile et la vie des Saints 

qu’entre une musique notée et une musique chantée.
(Saint François de Sales)


SAINT THOMAS D'AQUIN naquit au château de Rocca-Secca, près de la petite ville d'Aquino, dans le royaume de Naples, la même qui vit descendre au tombeau Saint François d'Assise, et Saint Louis monter sur le trône de France.

Il fut le plus grand homme de son époque et l'une des plus éclatantes lumières de l'Église dans tous les temps.

Un fait charmant de son enfance nous montre déjà en lui le prédestiné de DIEU. Il était encore au berceau, quand un jour sa nourrice voulut lui ôter de la main un papier qu'il tenait ; mais l'enfant se mit à crier. La mère survint ; piquée de curiosité, elle arrache enfin de force le papier des mains de son fils, malgré ses cris et ses larmes, et elle voit avec admiration qu'il ne contient que ces deux mots : AVE, MARIA.

Devenu plus grand, Thomas fut élevé au mont Cassin, non loin du château familial, dans la célèbre école des Bénédictins, et à l'âge de dix-huit ans, malgré ses parents, il entra chez les Dominicains, à Naples.

Sa noble et toute-puissante famille fit une guerre acharnée à sa vocation ; on employa tout pour le perdre. Arraché à son monastère, il fut jeté en prison dans une tour du château paternel, et on introduisit près de lui une courtisane pour amollir son cœur.

A la vue de la tentatrice, Thomas, sans défense, saisit dans le foyer un tison enflammé et la mit en fuite. Il se jeta ensuite à genoux et s'endormit ; pendant son sommeil, il vit les anges descendre du ciel pour le féliciter de sa victoire et lui ceindre les reins, en lui disant : "Recevez de la part de DIEU le don de chasteté perpétuelle"

Toute sa vie, il garda la plus parfaite réserve, et son confesseur put déclarer après sa mort que Thomas était mort aussi pur qu'un enfant de cinq ans. Victorieux de tous les obstacles, il put enfin suivre sa vocation et fit d'immenses progrès dans les sciences.

Silencieux au milieu de la foule des étudiants, ne conversant qu'avec DIEU, il avait reçu le surnom de "Bœuf muet"; mais son professeur dit un jour de lui, en public : "Vous voyez ce bœuf que vous appelez muet, eh bien ! Il fera retentir bientôt tout l'univers de ses mugissements." Cette parole était prophétique.

D'élève devenu le premier des maîtres, il illustra toutes les universités où l'obéissance le conduisit pour enseigner. Le plus grand des miracles de sa vie, ce sont les ouvrages incomparables et immenses qu'il trouva le temps d'écrire au milieu d'accablantes occupations.

Il entendit un jour JÉSUS-CHRIST lui adresser, du fond du tabernacle, cette parole célèbre : « Tu as bien écrit de moi, Thomas. » Ce grand docteur, ami de Saint Louis, bras droit des papes, mourut à quarante-neuf ans. Les faits intéressants de sa vie demanderaient un volume entier.

Pratique. Ne passez pas un seul jour sans faire quelque lecture chrétienne.

"Ô Marie conçue sans péché, 
priez pour nous qui avons recours à Vous"

 

vendredi 5 mars 2021

6 Mars : SAINTE COLETTE, Vierge / FÉLICITÉ ET SES SEPT FILS, Martyrs à Rome, SAINTE PERPÉTUE et SAINTE FÉLICITÉ, Martyres

Carême : Samedi de la 2ème semaine

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Évangile et la vie des Saints 

qu’entre une musique notée et une musique chantée.
(Saint François de Sales)


Nicolette, par abréviation Colette, fille d'un charpentier de Corbie, en Picardie, naquit vers la fin du XIVe siècle, et reçut ce nom parce que sa naissance fut le fruit des prières persévérantes de sa mère à Saint Nicolas de Myre.

Une preuve de la prédilection de DIEU sur cette enfant et de sa sainteté précoce, c'est le miracle suivant : La hache pesante de son père lui tomba sur la jambe et la coupa affreusement ; l'enfant entoura quelques instants de son mouchoir le membre ruisselant de sang ; puis quand elle ôta ce faible bandage quelques instants après, la plaie était complètement guérie. 

A dix-huit ans, elle perdit ses parents et crut que DIEU l'appelait à la vie religieuse, mais elle changea plusieurs fois d'Ordre sans trouver sa voie, au point de devenir la risée du monde.

Or, un jour qu'elle priait, elle vit JÉSUS-CHRIST irrité des péchés des hommes, et Saint François d'Assise qui la demandait au SEIGNEUR pour devenir réformatrice des Clarisses et travailler à la conversion des âmes; JÉSUS accepta la demande du Saint.

Doutant d'elle-même et résistant à l'indication céleste, elle devint muette et aveugle, et ne fut guérie qu'après avoir mis la main à l'œuvre que le Ciel lui imposait. Cette œuvre réussit d'une manière admirable, malgré les efforts conjurés du monde et de l'enfer.

Un monastère se fonda, puis deux, puis d'autres encore, où l'on vit refleurir dans toute son austérité la vie des premières filles de Sainte Claire. Colette eut beaucoup à souffrir de la rage des démons, mais elle endura leurs persécutions avec une invincible constance. Son amour pour l'Eucharistie la dédommageait de toutes les épreuves. Elle ne pouvait entrevoir un tabernacle sans éprouver des tressaillements du cœur.


Ses communications avec JÉSUS-EUCHARISTIE étaient si intimes, qu'elle sentait sa présence et son absence. Un jour le prêtre, par erreur, mit de l'eau au lieu de vin dans le calice, et Colette ne se prosterna point à l'élévation du calice, parce qu'il ne pouvait contenir le sang de la Sainte Victime.

Parmi les miracles qu'elle fit, on rapporte la résurrection d'un enfant, et la résurrection d'une de ses religieuses condamnée à l'enfer, qu'elle rappela à la vie le temps nécessaire pour faire sa confession.

A sa bienheureuse mort, arrivée le 6 mars 1447, on entendit dans plusieurs de ses couvents des Anges chanter d'harmonieux cantiques, et son corps répandit une très suave odeur. Les fruits de ses travaux persévèrent encore dans les admirables monastères des ferventes Clarisses réformées.

Pratique : Priez beaucoup pour connaître la volonté de Dieu, et espérez invinciblement la lumière céleste. 

==========================================

SAINTE FÉLICITÉ ET SES SEPT FILS, 

SAINTE PERPÉTUE 


Martyrs à Rome 



Sainte Félicité était une dame romaine distinguée par sa vertu et par sa naissance. Mère de sept enfants, elle les éleva dans la crainte du Seigneur. Après la mort de son mari, elle servit Dieu dans la continence et ne s'occupa plus que de bonnes oeuvres.

Ses exemples, ainsi que ceux de sa famille, arrachèrent plusieurs païens à leurs superstitions, en même temps qu'ils encourageaient les chrétiens à se montrer dignes de leur vocation. Les prêtres païens, furieux de l'abandon de leurs dieux, la dénoncèrent.


Elle comparut, avec ses pieux enfants, Janvier, Félix, Martial, Philippe, Sylvain, Alexandre, Vital, devant le juge qui l'exhorta à sacrifier aux idoles, mais reçut en réponse une généreuse confession de foi:


"Malheureuse femme, lui dit-il alors, comment avez-vous la barbarie d'exposer vos enfants aux tourments et à la mort? Ayez pitié de ces tendres créatures, qui sont à la fleur de l'âge et qui peuvent aspirer aux premières charges de l'État.

– Mes enfants, reprit Félicité, vivront éternellement avec Jésus-Christ, s'ils sont fidèles; ils doivent s'attendre à d'éternels supplices, s'ils sacrifient aux idoles. Votre pitié apparente n'est donc qu'une cruelle impiété." Se tournant ensuite vers ses enfants:



"Regardez, leur dit-elle, regardez le Ciel, où Jésus-Christ vous attend avec Ses Saints."

Le juge, prenant les enfants séparément, essaya d'ébranler leur constance. Il commença par Janvier; mais il en reçut cette réponse:

"Ce que vous me conseillez de faire est contraire à la raison; le Sauveur Jésus, je l'espère, me préservera d'une telle impiété." Félix, le second, fut ensuite amené. Comme on le pressait de sacrifier, il répondit:

"Il n'y a qu'un seul Dieu, et c'est à Lui que nous devons offrir le sacrifice de nos coeurs; employez tous les artifices, tous les raffinements de la cruauté, vous ne nous ferez pas trahir notre foi!"

Les autres frères, interrogés, répondirent avec la même fermeté. Martial, qui parla le dernier, dit :"Tous ceux qui ne confessent pas que Jésus-Christ est le vrai Dieu seront jetés dans un feu qui ne s'éteindra jamais." 

L'interrogatoire fini, les Saints souffrirent la peine du fouet et furent ramenés en prison; bientôt ils achevèrent leur sacrifice de différentes manières: Janvier fut frappé jusqu'à la mort avec des fouets garnis de plomb; Félix et Philippe furent tués à coups de massue; Sylvain fut jeté, la tête en bas, dans un précipice. 

Alexandre, Vital et Martial eurent la tête tranchée. Félicité, mère de ces nouveaux Macchabées, subit le martyre la dernière. C’était l’an 150. 


Pratique : N’écoutez pas la voix de la chair et du sang ; mais la voix seule du devoir et de la vertu. 

===========================

SAINTE PERPÉTUE et SAINTE FÉLICITÉ

 Martyres


Sainte Perpétue venait d’être mère et sainte Félicité allait le devenir lorsqu’elles furent arrêtées à Carthage durant la persécution de Sévère. 

Jetées d’abord en prison, elles unirent leurs prières et leurs larmes afin de ne pas échapper au martyre. « Dieu les exauça ». 

Lorsque le juge leur apprit qu’elles étaient condamnées aux bêtes elles tressaillirent de joie, comme le marchand dont nous parle l’Évangile, car à ce prix, elles allaient acheter le Ciel. 

Elles furent exposées dans l’amphithéâtre à la furie d’une vache féroce et achevées par le glaive, vers l’an 203.

Faisons subir à notre corps et à notre âme le martyre de la pénitence, afin d’obtenir « la perpétuelle félicité » à laquelle font penser, selon l’ingénieuse remarque de saint Augustin, les noms accouplés de ces deux Saintes. 

Ces deux noms sont encore ensemble inscrits au Canon de la Messe.


Sainte Perpétue, femme de haute origine et née à Carthage, avait eu d’abord à subir les violences de son père , qui voulait la détourner d’embrasser la Foi chrétienne. 
Simple catéchumène, elle confessa généreusement sa Foi et put recevoir le Baptême ; elle fut ensuite jetée en prison par ordre de l’empereur Septime-Sévère à l’âge de vingt-deux ans ; son père vint l’y trouver, et comme les menaces étaient infructueuses, il se jeta à ses pieds et la conjura de renier sa Foi, sans rien obtenir. Il revient devant le tribunal, apportant à sainte Perpétue son enfant de quelques mois et lui disant : 
« —Serez-vous insensible aux malheurs de cette innocente créature qui vous doit la vie ? » 
Elle se borna à répondre au magistrat : 
« —Je suis chrétienne, je ne sacrifierai point. » 



Elle fut condamnée aux bêtes, et son supplice différé jusqu’à la célébration des jeux publics en l’honneur de Géta, fils de l’empereur. Consolée par de célestes visions, et délivrant par ses prières l’âme de son frère qui gémissait dans les tourments, elle résista de nouveau au désespoir de son père et aux horribles traitements du tribun chargé de la garde des prisonniers. Enfin, après avoir changé en de saintes agapes le « souper libre » des condamnés, elle marcha au supplice, fut frappée de verges, enveloppée dans un filet,  livrée à une vache furieuse et arrachée aux dernières tortures par la pitié des spectateurs. 
Sainte Félicité, sa compagne, mais esclave, accouchée de la veille, et associée au martyre de sainte Perpétue, fut aussi l’objet de la même pitié dans l’amphithéâtre. 
Ce n’était qu’un court répit.
Ramenées au cirque avec saint Sature et saint Pudens leurs geôliers nouveaux convertis, les deux saintes femmes reçurent la mort de l’épée des gladiateurs, sainte Perpétue dirigeant elle-même sur sa gorge le glaive du bourreau tremblant et inexpérimenté, vers l’an 203 du Sauveur, saint Zéphyrin étant pape et Septime-Sévère empereur romain.
                                            "Ô Marie conçue sans péché,                                   
                                   priez pour nous qui avons recours à Vous"

jeudi 4 mars 2021

5 Mars : SAINT ADRIEN ET SAINT EUBULE, Martyrs / SAINT JOSEPH DE LA CROIX, Franciscain

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Évangile et la vie des Saints 
                          qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
                 (Saint François de Sales)


Les deux martyrs ADRIEN et EUBULE,  inébranlables dans la confession de leur foi, furent exposés à un lion, qui les épargna, puis percés à coups d'épées, au commencement du IVe siècle, sous le règne de Dioclétien; ils conquirent ainsi, par quelques instants de souffrance, une palme immortelle. 

========================

SAINT JOSEPH DE LA CROIX 
de l'ordre de Saint-François 
1654-1734

 


Saint Joseph de la Croix naquit dans l'île d'Ischia, près de Naples, le jour de l'Assomption.

La sainteté de sa vie fut bien supérieure encore à la noblesse de sa naissance, et sa jeunesse extraordinairement vertueuse put faire présager quel grand serviteur de DIEU il serait un jour.

Tout enfant, il aimait la retraite, le silence et la prière, et fuyait les jeux de son âge, aimant mieux consacrer le temps de ses récréations à visiter les églises et y adorer le SAUVEUR.

Marie avait après JÉSUS toute sa prédilection ; il dressa dans sa chambre un petit autel, récitait chaque jour les offices de la Mère de DIEU et jeûnait en son honneur tous les samedis et aux vigiles de ses fêtes.

Dès ce temps, il aimait les pauvres au point de leur distribuer tout l'argent dont il pouvait disposer. A cet âge où l'enfant suit si facilement les premiers mouvements de la colère, on le voit un jour se mettre à genoux dans la boue et réciter le Pater pour un de ses frères qui l'avait souffleté.

C'est à dix-sept ans qu'il entra chez les Frères Mineurs réformés de Saint-Pierre-d'Alcantara. A dix-neuf ans, il s'acquitta avec succès des missions les plus difficiles; à vingt-quatre ans, il était maître des novices, puis gardien d'un couvent; mais, il n'accepta jamais les honneurs qu'avec une humble crainte et les quitta toujours avec joie.

Sa mortification la plus extraordinaire fut une longue croix d'un pied environ, garnie de pointes aiguës, qu'il s'attachait sur les épaules au point qu'il s'y forma une plaie inguérissable. Il en portait une autre plus petite du même genre sur la poitrine.

Rarement il dormait, et pendant trente ans il s'abstint de toute espèce de liquide. Faut-il s'étonner s'il aimait DIEU d'un si ardent amour?

"Quand il n'y aurait ni Ciel ni enfer, disait-il, je voudrais néanmoins aimer Dieu toujours". Sa charité pour les pauvres fut plusieurs fois l'occasion de multiplication de pains ; son dévouement pour les malades le porta à demander à DIEU de faire retomber sur lui les souffrances des autres, demande qui fut quelquefois exaucée.

DIEU opérait de nombreuses merveilles par les mains de ce fidèle disciple de Saint François d'Assise et de Saint Pierre d'Alcantara. Prophéties, visions, extases, présence en deux lieux à la fois, sont des preuves étonnantes de sa sainteté.

Jean-Joseph mourut dans la joie du SEIGNEUR le 5 mars 1734.

Pratique
. Visitez les malades : Montrez-leur une grande charité.
 

Ô Marie conçue sans péché, 
priez pour nous qui avons recours à Vous"

 

mercredi 3 mars 2021

4 Mars - CARÊME : JEUDI DE LA 2ème SEMAINE / MARS : MOIS DE SAINT JOSEPH / SAINT CASIMIR, Prince de Pologne

Carême : Jeudi de la 2ème semaine  

             "Il n’y a pas d’autre différence entre l’Évangile et la vie des Saints 

               qu’entre une musique notée et une musique chantée.
              (Saint François de Sales)


Saint Casimir nous apprend par sa vie comment l'éclat de la chasteté peut s'allier avec celui des grandeurs humaines.

Dès sa jeunesse il eut soin de fuir les faux attraits du monde; son plaisir le plus doux était de passer plusieurs heures de suite au pied des autels et de faire la cour à JÉSUS-CHRIST, le Roi des rois.

Il macérait son corps frêle et délicat par les jeûnes et les disciplines, et souvent il passait les nuits entières sur la terre dure, quelquefois même à la porte des églises, où il priait, le visage contre terre.

La dévotion tendre de Casimir pour JÉSUS crucifié lui faisait verser d'abondantes larmes, à la seule vue d'un Crucifix. Quand il assistait au saint sacrifice de la messe, il n'était pas rare de le voir transporté hors de lui-même au moment où la céleste Victime descendait du ciel entre les mains du prêtre.

Parmi ses vertus, on en loue deux avant toutes les autres : sa charité et sa pureté. Il ne parlait jamais des défauts du prochain. Il avait des paroles enflammées quand il s'entretenait sur la beauté de l'innocence : "Quelle belle vie, s'écriait-il, que celle de l'état de grâce ! C'est la vie des anges et des bienheureux dans le ciel !"

Sa vue seule inspirait la chasteté à ceux qui avaient occasion de converser avec lui. La sauvegarde d'une vertu si extraordinaire était une dévotion peu commune à la Sainte Vierge. Il ne l'appelait que sa Bonne Mère, n'en parlait qu'avec tendresse et dans les termes les plus capables d'inspirer aux autres son ardent amour.

Il a exprimé les pieux sentiments qui débordaient de son âme pour Marie dans une hymne célèbre qui commence ainsi : "Chaque jour, ô mon âme, rends tes hommages à Marie ; célèbre dévotement ses fêtes et chante ses vertus."

Non content de réciter tous les jours cette hymne, il voulut encore être enterré avec elle, et on la trouva, cent vingt ans après sa mort, auprès de ses reliques, dans son tombeau.

Son dévouement aux pauvres et aux malheureux était si grand, qu'il reçut le surnom de Père et défenseur des pauvres et des misérables. A ceux qui lui reprochaient de descendre au-dessous de son rang dans les soins qu'il donnait aux indigents, il répondait : "N'est-ce pas un honneur que de servir JÉSUS-CHRIST dans ses membres? Je mets ma gloire à servir le pauvre le plus abject."

La terre n'était pas digne de posséder un pareil trésor : Casimir était un fruit mûr pour le ciel ; il reçut révélation du jour et de l'heure de sa mort, qui arriva le 4 mars 1483.

Le pieux prince avait vingt-cinq, ans à peine; mais, dans sa courte carrière, il fit plus de bien à son peuple, par l'exemple de ses vertus, que des hommes célèbres pendant un très long règne. La sainteté est plus féconde que le génie.

Pratique.  Mettez votre pureté sous la sauvegarde d'une grande dévotion à la Sainte Vierge. 

"Ô Marie conçue sans péché, 
priez pour nous qui avons recours à Vous"