dimanche 23 avril 2017

24 Avril : SAINT FIDÈLE DE SIGMARINGEN, Capucin, Martyr / SAINTE MARIE EUPHRATE PELLETIER, Fondatrice de l'Institut des Soeurs du Bon-Pasteur d'Angers

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT FIDÈLE DE SIGMARINGEN,

Capucin et Martyr

SAINT FIDÈLE naquit en 1577, à Sigmaringen, petite ville d'Allemagne voisine de la Suisse. Son éducation fut soignée, même brillante, et ses vertus étaient si appréciées de ses condisciples, qu'ils l'appelaient le Philosophe chrétien.

Dès lors il s'approchait souvent des sacrements, visitait et soignait les malades dans les hôpitaux et passait des heures entières au pied des autels, dans une intime conversation avec JÉSUS-CHRIST. Il exerça plusieurs années la profession d'avocat à Colmar, en Alsace, et s'y fit remarquer par sa loyauté, sa haine du mensonge et la sagesse de ses plaidoyers; il mérita le surnom d'Avocat des pauvres.

Bientôt pourtant la Lumière divine lui fit comprendre qu'il était difficile d'être en même temps riche avocat et bon chrétien : aussi il quitta sans hésiter le monde, où il eût fait bonne figure, pour se retirer chez les Capucins de Fribourg, où il prit l'habit en 1612, à l'âge de trente-cinq ans. 

Les premières années de sa vie religieuse, d'abord remplies de consolations, furent bientôt éprouvées par de rudes et persistantes tentations : "Pourquoi avait-il quitté sa profession, où il eût pu faire beaucoup de bien ? Pourquoi avait-il renoncé à sa fortune, qui lui eût permis de soulager tant de malheureux?..."

Ces objections, il eut la prudence de les confier au guide de son âme, qui le rassura et lui dit de prier DIEU avec ferveur pour connaître sa volonté définitive. DIEU lui rendit dès lors la force et la paix ; il fit vendre tous ses biens, dont il distribua le prix en bonnes œuvres, et, dépouillé de tout, il se réjouit d'être désormais un véritable enfant de Saint François.

Il se félicitait souvent depuis de l'heureux échange qu'il avait fait avec DIEU : « J'ai rendu à DIEU, disait-il, les biens de la terre, et DIEU me donne en retour le royaume du Ciel ! » Fidèle ajoutait aux mortifications de la règle bien d'autres mortifications.

Les meubles les plus pauvres, les habits les plus usés étaient l'objet de son ambition; les haires, les ciliées, les ceintures armées de pointes de fer, les disciplines, suppléaient au martyre après lequel il soupirait; l'Avent, le Carême, les vigiles, il ne vivait que de pain, d'eau et de fruits secs : "Quel malheur, disait-il, si je combattais mollement sous un chef couronné d'épines !"

Lorsqu'il fut devenu prêtre, ses supérieurs l'envoyèrent prêcher, et ses succès furent tels, que la congrégation de la Propagande le choisit pour aller évangéliser les Frisons, envahis par le protestantisme.

Son zèle fut celui d'un apôtre ; sa vie sainte et austère était une prédication si éloquente, qu'elle convertit beaucoup plus d'âmes que les sermons et les raisonnements. Le martyre vint couronner ses vœux et ses mérites.

Plusieurs protestants s'emparèrent un jour de lui, et, par haine de la foi, le transpercèrent à coups de poignards. C'était le 24 avril 1622.

PratiqueEstimez beaucoup la vie religieuse, plus parfaite et plus sûre que la vie du monde.

==============================

SAINTE MARIE-EUPHRASIE PELLETIER


SAINTE MARIE-EUPHRASIE PELLETIER

Fondatrice de l'Institut des Soeurs du Bon-Pasteur d'Angers
(1796-1868)


SAINTE MARIE-EUPHRASIE PELLETIER était la fille d'un médecin bienfaisant; elle naquit le 31 juillet 1796 dans la petite île de Noir-moutiers, sur la côte de Vendée.

Pendant qu'elle était au pensionnat à Tours, elle connut le "Couvent du Refuge" où de jeunes femmes, qui n'avaient pas su diriger leur vie et étaient sorties du droit chemin, étaient reconquises pour ÉSUS-CHRIST le Bon Pasteur, par des religieuses vêtues de blanc. Elle entra dans cette maison et en fut la supérieure à 29 ans.

Elle était si accoutumée à voir toutes choses dans la lumière de DIEU et elle avait aussi une telle intuition de l'oeuvre de DIEU dans les âmes, qu'elle eut le courage, surmontant la résistance bien compréhensible de sa maison, de réunir en communauté religieuse à l'intérieur du couvent ces filles et ces femmes du Refuge, auxquelles beaucoup avait été pardonné et qui ne cherchaient plus maintenant qu'à aimer DIEU

Ces pénitentes ou Madeleines vivent selon la règle des Carmélites sous la direction d'une des religieuses. En 1829, l'évêque d'Angers demanda au couvent de Tours des religieuses pour une maison d'éducation destinée à des jeunes filles moralement égarées. La jeune supérieure accepta la fondation et y fut bientôt envoyée elle-même pour surmonter les difficultés qui n'étaient pas petites au début.

Elle avait dit un jour: "DIEU m'a donné une double tâche: développer l'oeuvre des repenties et éveiller des vocations religieuses". Vers elle accoururent des troupes de jeunes filles. Mère Marie-Euphrasie débutait alors la réalisation de ce que le SEIGNEUR lui avait montré un jour dans la prière au moyen de l'image d'une ruche d'où s'envolent de nombreux essaims.

L'oeuvre appelée à prendre une si extraordinaire expansion ne devait pas se faire sans la souffrance mais la force de la supporter lui fut donnée par la grâce de Celui qui, au commencement de ces épreuves, lui avait dit: "Attends, tais-toi, prie, souffre et espère." Ces mots devinrent sa devise.

"Notre institut, disait-elle, ne doit connaître que la voie de l'amour." Cet amour lui gagna les coeurs des "enfants" et des "mères", qu'elle réunit en si grandes troupes pour le bien des âmes qu'il dut être fondé des Provinces avec leurs propres maisons-mères et leurs propres noviciats.

A sa mort, l'association comptait 2,760 membres, 962 Madeleines, 14,755 élèves et enfants, réparties en 110 maisons et en 16 provinces religieuses. L'intrépide fondatrice mourut du cancer le 24 avril 1868. Mère Marie-Euphrasie Pelletier a été canonisée le jour de l'Ascension 1940 par sa Sainteté Pie XII.

W. Schamoni, Le Vrai Visage des Saints, Desclée de Brouwer, p. 281-282

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

samedi 22 avril 2017

23 Avril : SAINT GEORGES, Soldat, Martyr, Patron des Militaires / SAINT PIERRE-MARIE CHANEL, Premier Martyr en Océanie

(cliquer sur les liens)

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT GEORGES

Soldat, martyr, patron des militaires
(280-303)

SAINT GEORGES naquit à Lydda, en Palestine; son éducation fut toute chrétienne. Il suivit la carrière des armes comme son père, et bientôt sa beauté, sa distinction, son courage, l'élevèrent à la dignité de tribun militaire dans la garde impériale. 

Dioclétien ayant rallumé la persécution contre les chrétiens, l'indignation de Georges éclata en face même du tyran, devant lequel il exalta la grandeur du DIEU véritable et confondit l'impuissance des fausses divinités. Sa noble audace lui mérita le reproche d'ingratitude et des menaces de mort. 

Georges s’en réjouit, loin de s’en inquiéter, profita de ses derniers jours de liberté pour distribuer ses biens aux pauvres et affranchir ses esclaves. Ainsi préparé aux combats du CHRIST, le tribun aborde l'empereur lui-même et plaide devant lui la cause des chrétiens. 

"Jeune homme, lui répond Dioclétien, songe à ton avenir! Bien que Georges n’ait guère que vingt ans, le seul avenir qui le préoccupe est l’avenir éternel ; aussi ajoute-t-il sans crainte : « "Je suis chrétien, , je n'ambitionne ni ne regrette rien dans ce monde; rien ne saurait ébranler ma foi." Le vaillant jeune homme est alors battu de verges, puis il subit l'affreux supplice de la roue, après lequel un ange descend du Ciel pour guérir ses blessures. 

Quelques jours après, le martyr reparaît plein de vie en présence de l'empereur, qui le croyait mort; il lui reproche de nouveau sa cruauté et l'engage à reconnaître le vrai DIEU. 

Trois jours il est abandonné sur un lit de chaux vive; on lui met ensuite des chaussures de fer rougies au feu, on lui fait avaler un poison très violent. Georges, par la grâce de DIEU, subit toutes ces épreuves sans en ressentir aucun mal; plusieurs païens même se convertissent à la vue de tant de merveilles. Reconduit de nouveau dans sa prison, l'athlète invincible de la foi vit en songe JESUS-CHRIST descendre vers lui: 

"Georges, lui dit-Il en lui présentant une couronne de pierres précieuses, voilà la récompense que Je te réserve au Ciel; ne crains rien, Je combattrai avec toi demain, et tu remporteras sur le démon une victoire définitive." 

Le jour suivant, Dioclétien tâcha d'ébranler le martyr par des flatteries: "Conduisez-moi devant vos dieux," dit Georges. On l'y conduit, croyant qu'il va enfin sacrifier. Parvenu devant la statue d'Apollon, il fait le signe de la Croix et dit: "Veux-tu que je te fasse des sacrifices comme à DIEU?" 

La voix du démon répond: "Je ne suis pas Dieu; il n'y a de DIEU que Celui que tu prêches." Et en même temps des hurlements effrayants se font entendre dans le temple la statue tombe en poussière. Le peuple s'enfuit épouvanté, et l'empereur se hâte de se débarrasser du martyr en lui faisant trancher la tête.

Pratique :  Loin de montrer du respect humain, sachez braver les insulteurs de JÉSUS-CHRIST.

==========================

SAINT PIERRE CHANEL


SAINT PIERRE CHANEL

Premier martyr en Océanie
(1803-1841)

PIERRE-LOUIS-MARIE CHANEL  naquit le 12 juillet 1803, à Cuet dans l'Ain, village du diocèse de Lyon. Il était le cinquième d'une famille de huit enfants. De sept à douze ans, il travaillait comme berger. Un jour, un prêtre le remarqua et se chargea de le faire instruire.

Après ses humanités au séminaire de Meximieux et ses études théologiques au grand séminaire de Brou, il reçut l'onction sacerdotale, le 15 juillet 1827. Il exerça d'abord le ministère pastoral à Ambérieu, comme vicaire, puis à Crozet, en qualité de curé. Mû par un désir de plus grande perfection, il entra dans la Société de Marie en 1831 et enseigna pendant cinq ans au petit séminaire de Belley.

En 1836, il sollicita la faveur d'être appliqué à l'apostolat des missions d'Océanie. Le 24 décembre, il s'embarquait au Havre avec Mgr Pompallier et au bout de dix mois de navigation, ils abordaient à l'île de Futuna. 

Pendant que l'évêque continuait sa route vers la Nouvelle-Zélande, le Père Chanel s'établissait à Futuna avec deux compagnons. Pendant les deux premières années de leur installation, ce fut le chef de la peuplade, le roitelet Niuliki, qui les hébergea et leur fournit des vivres. Les missionnaires employèrent ce temps à apprendre la langue du pays et se bornèrent à baptiser les enfants moribonds. Dès qu'il se sentit capable de prêcher, le Père Chanel commença le travail d'évangélisation.

Après de très durs débuts, l'apôtre réussit à répandre l'Évangile chez les indigènes où régnait encore l'anthropophagie. Il rendait tous les services possibles, soignait les blessés, empêchait souvent la guerre entre les idolâtres; on l'appelait: "l'homme à l'excellent coeur". Lorsque Niuliki, roi et pontife à la fois, vit le mouvement des conversions au christianisme prendre de l'ampleur, il cessa d'envoyer des vivres aux missionnaires et alla s'établir dans un autre village.

Pour subsister, les missionnaires furent réduits à défricher un champ de manioc. Pour les forcer à fuir le pays, on mangeait leurs fruits et leur récolte. Réduits à la plus extrême pauvreté, les Pères durent manger leur chien pour ne pas mourir de faim. Menacé de mort, le Père Chanel répond: «La religion est implantée dans l'île, elle ne s'y perdra point par ma mort, car elle n'est pas l'ouvrage des hommes, mais elle vient de DIEU.» 

Les zélés missionnaires continuèrent à réunir leurs catéchumènes tous les dimanches et malgré tout, le petit groupe ne cessa de s'accroître. Le propre fils du roi, touché par la grâce et par les enseignements des missionnaires se déclara publiquement chrétien. Cette conversion acheva d'exaspérer Niuliki et le décida à en finir avec la religion chrétienne à Futuna. 

Le 28 avril 1841, à la pointe du jour, une horde sauvage, conduite par le gendre de Niuliki et armée de lances, de massues, de haches, envahit la maison des missionnaires en un moment où le Père Chanel était seul. Les indigènes pénétrèrent dans le jardin où se trouvait le missionnaire, l'assommèrent à coups de bâton et de massue, puis se livrèrent au pillage. Leur carnage terminé, voyant que le Père respirait encore, Musumusu, le gendre du roi, l'acheva d'un coup de hachette sur la nuque. C'est ainsi que, sans une plainte, sans un soupir, le Père Chanel rendit son âme à DIEU.

Peu d'années après ce drame, toute l'île de Futuna était chrétienne, y compris les assassins du saint martyr. Sa Sainteté Pie XII a canonisé solennellement Pierre Chanel, le 13 juin 1954.

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

vendredi 21 avril 2017

22 AVRIL : SAINT LÉONIDE / SAINT SOTER ET SAINT CAÏUS PAPE ET MARTYRS

(cliquer sur les liens)

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT LÉONIDE

Père d'Origène et Martyr
(+ 202)

L'an 202 vit éclater une cruelle persécution qui fit couler dans tout l'empire, et surtout en Egypte, le sang d'une multitude de chrétiens.

Parmi ceux dont le triomphe illustra la ville d'Alexandrie, on compte SAINT LÉONIDE.

Sa principale gloire, après son martyre, est d'avoir donné la vie à l'un des plus fameux génies qui aient paru sur la terre, le grand Origène. Léonide était probablement un rhéteur d'Alexandrie, philosophe chrétien, également versé dans les sciences sacrées et profanes.

Parmi ses sept enfants, il donna un soin tout spécial à l'éducation d'Origène, dont il pressentait le brillant avenir ; mais, tout en ornant son esprit de toutes les autres connaissances, il l'initia surtout à la connaissance des saintes Écritures.

Chaque jour l'enfant était obligé d'apprendre par cœur et de réciter quelque passage des livres divins, et son esprit vif et curieux se plaisait singulièrement à ce genre d'étude. Sans se contenter du sens que présente tout d'abord la lettre du texte sacré, il en cherchait de plus profonds, trahissant ainsi dès l'origine son penchant à scruter les vérités de la foi.

Il accablait son père de questions, lui demandant, pour chaque endroit un peu difficile, des explications qui ne laissaient pas quelquefois d'embarrasser le précepteur.

En apparence et devant l'enfant, Léonide tâchait de modérer cette ardeur intempestive ; il exhortait l'impatient élève à s'en tenir au sens littéral de l'Écriture, sans vouloir résoudre des problèmes qui n'étaient pas de son âge ; mais au fond et en lui-même, l'heureux père se réjouissait de voir une intelligence si précoce, et il remerciait DIEU de lui avoir donné un tel fils.

Souvent même, pendant que l'enfant dormait, le pieux chrétien s'approchait de lui doucement, et lui découvrant la poitrine, il la baisait avec respect comme un sanctuaire où résidait l'Esprit-Saint, tant la piété naissante d'Origène ravissait d'admiration ses parents, en même temps que ses rapides progrès dans la science faisaient leur orgueil et leur joie.

Léonide ayant été pris par les persécuteurs, Origène voulait le rejoindre en prison; mais, sur les instances de sa mère, il se contenta d'écrire une lettre à son père pour l'exhorter au martyre.

Comme Léonide dut se sentir fier, une fois de plus, d'avoir un tel enfant, et comme il dut mourir sans inquiétude ! Il fut décapité l'an 202.

La confiscation de ses biens réduisit sa famille à une extrême pauvreté ; mais l'hospitalité généreuse d'une noble dame la sauva du besoin.

Quant à Origène, « pour le talent et l'étendue des connaissances, il l'emporte sur la plupart des pères de l'Église ; en tout cas, il n'est inférieur à aucun, » dit Mgr Freppel.

Malheureusement son génie s'égara parfois en des spéculations hasardées qui seules ont pu mettre obstacle à ce qu'il reçût de l'Église le titre de saint et de docteur.

Pratique. Priez souvent pour la grande œuvre de l'éducation chrétienne de la jeunesse.


=======================

SAINT SOTER et SAINT CAÏUS

Papes et Martyrs


SAINT SOTER fut le successeur du Pape Anicet. Il naquit à Fundi, ville de l'Italie méridionale. On sait peu de chose sur sa vie.

Il déploya une ardente charité pour les Églises qui souffraient de la persécution. Il subvenait, par des aumônes, aux nécessités des chrétiens exilés pour la foi et n'oubliait pas les indigents des provinces. Il accueillait, avec la tendresse d'un père, les étrangers qui venaient à Rome, et leur prodiguait toutes les consolations qui étaient en son pouvoir.

Il se montra intrépide défenseur de la foi contre les hérésies, en particulier contre celle des Montanistes, qui se répandait alors partout. Il écrivit aux évêques d'Italie une lettre où il traite de la foi en JÉSUS-CHRIST. Il ordonna aussi que, le Jeudi Saint, tous les fidèles recevraient le corps du CHRIST, hors ceux qui en seraient empêchés par quelque grave péché, et déclara que les serments faits contre la justice ne devaient pas être gardés.

Il siégea sur la chaire pontificale trois ans, onze mois et dix-huit jours. Il fut enveloppé dans la cruelle persécution qui s'éleva sous Marc-Aurèle et reçut la couronne du martyre (177). Il fut enseveli dans le cimetière appelé plus tard de Calliste. Il avait, selon la coutume de ses prédécesseurs, ordonné, au mois de décembre, dix-huit prêtres, neuf diacres et onze évêques pour les divers lieux.

L'histoire nous a transmis peu de chose sur la vie du pape CAIUS. Il était né en Dalmatie et appartenait à la famille de Dioclétien. Ce fut un Pontife d'une rare prudence et d'une vertu courageuse.

La persécution contre les chrétiens sévissait alors dans toute sa fureur: les fidèles, pour s'y soustraire, étaient obligés de se tenir cachés dans les cavernes et les tombeaux. SAINT CAIUS mit tout son zèle à confirmer dans la foi les serviteurs de JÉSUS-CHRIST Il conseilla au patricien Chromatius de recevoir dans sa villa les fidèles qui voudraient échapper aux bourreaux et alla les y visiter afin de soutenir leur courage. Ce fut alors qu'il fit diacres Marc et Marcellin, qu'il éleva leur père Tranquillin à la prêtrise et établit Sébastien défenseur de l'Église.

Il ordonna que, dans l'Église, avant de monter à l'épiscopat, on passerait par les degrés des ordres et rangs de portier, de lecteur, d'exorciste, d'acolyte, de sous-diacre, de diacre et de prêtre.

Afin d'éviter lui-même les cruautés de Dioclétien, il se tint caché quelques temps dans une caverne; mais, huit ans plus tard, il remporta la couronne du martyre avec son frère Gabinus, après avoir siégé douze ans, quatre mois et cinq jours. Il avait ordonné vingt-cinq prêtres, huit diacres et cinq évêques. 

Il fut enseveli au cimetière de Calliste.

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

jeudi 20 avril 2017

21 Avril : SAINT ANSELME, Archevêque de Cantorbéry

Vendredi de Pâques -  L'Esprit chrétien

(liens cliquables)
"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

ANSELME naquit l'an 1033 à Aoste, en Piémont. Sa pieuse mère Ermengarde lui apprit de bonne heure à aimer DIEU et la Très Sainte Vierge ; mais, privé du soutien maternel vers l'âge de quinze ans, poursuivi dans sa vocation religieuse par un père mondain et intraitable, lancé sans guide au milieu du monde, il se laissa entraîner par le torrent et chercha loin de DIEU la paix du cœur qui le fuyait toujours.



Las d'être la victime de son père, il s'enfuit en France, et se fixe comme étudiant, à l'abbaye du Bec, en Normandie. Là il va trouver Lafranc, chef de cette célèbre école, et il lui dit : « Trois chemins me sont ouverts : être religieux au Bec, vivre en ermite, ou rester dans le monde pour soulager les pauvres avec mes richesses; parlez, je vous obéis. »



Lafranc se prononça pour la vie religieuse. Ce jour-là, l'abbaye du Bec fit la plus brillante de ses conquêtes.  Anselme avait vingt-sept ans. Quand bientôt Lafranc prit possession du siège archiépiscopal de Cantorbéry, il fut élu prieur de l'abbaye, malgré toutes ses résistances.  Il était déjà non seulement un savant, mais un saint. De prieur, il devint abbé, et dut encore- accepter par force ce fardeau, dont lui seul se croyait indigne.

Sa vertu croissait avec la grandeur de ses charges.  Le temps que lui laissait libre la conduite du couvent, il le passait dans l'étude de l'Écriture sainte et la composition d'ouvrages pieux ou philosophiques.  La prière toutefois passait avant tout le reste ; l'aube le retrouvait fréquemment à genoux.  Un jour le frère excitateur, allant réveiller ses frères pour le chant des matines, aperçut, dans la salle du chapitre, une vive lumière : c'était le saint abbé en prière, environné d'une auréole de feu.

Forcé par la voix du ciel, le roi d'Angleterre, Guillaume, le nomme archevêque de Cantorbéry; mais Anselme refuse obstinément, bien que malgré lui il soit porté en triomphe sur le trône des pontifes. Huit mois après, il n'était pas sacré; c'est qu'il exigeait comme condition la restitution des biens enlevés par le roi à l'Église de Cantorbéry.

Le roi promit ; Anselme fut sacré évêque ; mais le roi manqua à sa parole, et dès lors Anselme, inébranlable dans le maintien de ses droits, ne fut plus qu'un grand persécuté.  De toute cette vie, si pleine et si belle, c'est la partie la plus glorieuse.  Obligé de fuir, il traversa triomphalement la France et alla visiter le pape, qui le proclama hautement « héros de doctrine et de vertu, intrépide dans les combats de la foi ».

Quand Anselme apprit la mort tragique de Guillaume dans une partie de chasse, il s'écria en fondant en larmes : « Hélas ! J'eusse donné ma vie pour lui épargner cette mort terrible ! Anselme put vivre quelques années en paix sur son siège, et vit refleurir la religion dans son Église. Il mourut sur la cendre en se faisant lire la Passion de JÉSUS-CHRIST le 21 avril 1109.

Pratique.  Rendez le bien pour le mal, priez pour vos ennemis et traitez-les avec égard.


"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

20 Avril : SAINT MARCELLIN, Evêque d'Embrun / SAINTE AGNÈS DE MONTEPULCIANO, Vierge

(liens cliquables)

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT MARCELLIN était Africain ; il prêcha l'Évangile avec beaucoup de succès dans les pays voisins des Alpes, puis à Embrun, où il se fit un pieux ermitage et convertit une multitude d'idolâtres.

Il fut bientôt sacré évêque pour gouverner le troupeau qu'il avait conquis à la foi.  Ses missions furent autorisées par de grands miracles. Il alla recevoir sa récompense l'an 374.

==================

SAINTE AGNÈS DE MONTEPULCIANO

SAINTE AGNÈS DE MONTEPULCIANO

Vierge
(1268-1317)

SAINTE AGNÈS DE MONTEPULCIANO est une des plus belles fleurs de l'arbre dominicain. Pauvre d'origine, elle fut annoncée au monde par les lumières célestes qui inondèrent de clartés la modeste demeure de ses parents.

Toute jeune, elle était déjà la terreur du démon, et brillait par une angélique piété.  Admise dans un monastère, elle y montra les vertus et la maturité d'une religieuse éprouvée, si bien qu'on l'appelait l'Ange du couvent, et qu'à quinze ans elle fut désignée pour diriger, en qualité d'abbesse, une maison nouvellement fondée.


Ce monastère, nous dit son historien, devint bientôt un vrai paradis.  Pour Agnès, elle ne connaissait de lit que la terre nue, de nourriture que le pain et l'eau.

On la vit quelquefois quitter l'oraison le manteau couvert d'une manne céleste, blanche comme la neige ; d'autres fois, des fleurs naissaient soudain au lieu où elle avait posé ses genoux.

Un des plus beaux faits de sa vie, c'est l'apparition de la Mère de DIEU tenant en ses bras le divin Enfant; à la demande d'Agnès, elle le déposa quelques instants entre ses bras, ce qui causa à la jeune sainte une joie indicible.

Agnès étant tombée dans une grave maladie, les médecins lui ordonnèrent l'usage de la viande.  Que faire? Elle n'en avait jamais touché de sa vie et avait promis de garder l'abstinence jusqu'à la mort.

DIEU vint à son secours; car, quand on lui apporta le remède redouté, elle fit le signe de la croix sur le plat, qui se trouva aussitôt chargé de gros poissons. Les médecins n'insistèrent plus.


Cependant les habitants de sa ville natale, jaloux de la posséder, la rappelèrent au milieu d'eux ; sur un avertissement du ciel, Agnès alla fonder, à Montepulciana, un nouveau monastère, sous la règle de Saint Dominique.

Elle éleva cette maison à une si haute ferveur, que de saintes âmes virent une échelle lumineuse où les anges montaient et descendaient ; le sommet touchait le ciel, et le pied reposait dans le chœur du monastère.

Au moment où mourut Agnès, le 20 avril 1317, tous les enfants furent éveillés en sursaut et crièrent à leurs parents : "Sœur Agnès est morte !"

La Sainte apparut à plusieurs personnes ; son corps répandit une suave odeur, et on put recueillir une quantité de sueur odoriférante que distilla son corps pendant plusieurs années.

Pratique. Soyez toujours prêt à exécuter la volonté de DIEU, quelle qu'elle soit.

                       "Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

mercredi 19 avril 2017

19 Avril : SAINT ELPHÈGE, Archevêque de Cantorbéry, Martyr

(liens cliquables)

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT ELPHÈGE

Archevêque de Cantorbéry, martyr


Saint Elphège – né en 954- sortait d'une famille distinguée d'Angleterre. Il reçut une excellente éducation et ne tarda pas, malgré la voix de la chair et du sang, à quitter le monde pour la solitude puis ensuite pour le cloître, à la demande de bons religieux qui voulurent se mettre sous sa direction. Le saint abbé exigea que la règle fût observée à la lettre, et DIEU vint à son aide par un miracle, pour soumettre à la ferme conduite plusieurs moines d'abord récalcitrants. 



Son mérite le fit placer bientôt, malgré les réclamations de son humilité, sur le siège épiscopal de Winchester, et plus tard sur le siège archiépiscopal de Cantorbéry, où il succéda à saint Dunstan. 



Sa vie resta celle d'un moine. Il se levait régulièrement à minuit et priait longtemps pieds nus. Ses grandes austérités n'enlevaient rien à la douceur de son caractère; ses aumônes étaient abondantes, sa charité sans bornes. 



Elphège, pendant une irruption des Danois en Angleterre, se dévoua pour le salut de son peuple. Il alla trouver les barbares, et, après avoir traité avec eux du rachat des captifs, il leur annonça l'Évangile. Un bon nombre se convertirent à sa parole; mais les autres, plus furieux, s'avancèrent jusqu'à Cantorbéry pour l'assiéger. 



Le saint Pontife voulut être à son poste. Durant le siège, il ne cessa d'exhorter ses brebis à s'armer de courage contre tous les événements et à défendre leur foi jusqu'à la mort. DIEU permit que la ville cédât à la force; les assiégés furent passés en masse au fil de l'épée. Elphège courut sur le théâtre du massacre, espérant apaiser les vainqueurs :  

"Épargnez ces innocents, s'écria-t-il. Quelle gloire y a-t-il à répandre leur sang? Tournez contre moi toute votre indignation; je me la suis méritée en rachetant vos prisonniers." 



Les Danois farouches, irrités de cette sainte liberté, se saisissent de lui, l'accablent de mauvais traitements, incendient devant lui sa cathédrale, égorgent ses moines et le jettent en prison. Frappé à coups de hache et lapidé, pendant son supplice, il priait pour ses bourreaux.


Il y était depuis sept mois quand l'armée des barbares fut décimée par une maladie épidémique. Leur fureur était passée, il comprirent que c'était le châtiment de leur cruauté et se rendirent à la prison de l'archevêque le conjurant de prier pour eux. Les prières du saint firent cesser le fléau, mais n'ayant point d'or pour sa rançon, il fut remis en prison par ces cupides barbares. 

Elphège leur prédit alors les châtiments de DIEU; il se jetèrent sur lui, le renversèrent à coups de haches et l'écrasèrent de pierres. Pendant son supplice, il priait pour les auteurs de sa mort. Un Danois qu'il avait baptisé, se crut humain de le délivrer en lui fendant la tête, le 19 avril 1012.

Pratique : Ne reculez pas devant les services à notre prochain à cause de la gêne et des sacrifices qu'ils vous imposent.

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"