mardi 15 avril 2008

UN SEUL DIEU en TROIS PERSONNES


« Le père et moi, nous sommes UN »

Le jour de la fête de Saint Augustin, au moment où je venais de communier, j’ai compris, je pourrais presque dire « j’ai vu » -- je ne pourrais pas expliquer de quelle manière, je sais seulement que cela se passait dans mon intellect et était très rapide -- comment les trois Personnes de la sainte Trinité, que je porte gravées dans mon âme, sont une même chose. Cela m’a été montré par une représentation tout à fait extraordinaire et dans une lumière extrêmement vive. L'effet qu'en a éprouvé mon âme a été bien différent de celui que produit en nous la vue de la foi. Depuis ce moment, je ne peux pas penser à l'une des trois divines Personnes sans voir aussitôt qu'il y en a trois.

Je me demandais comment, la Trinité formant une unité si parfaite, le Fils seul s'est fait homme. Le Seigneur m’a fait comprendre comment les trois Personnes n'étant qu'une même chose, elles sont cependant distinctes. En présence de telles merveilles, l'âme éprouve un nouveau désir d'échapper à l'obstacle du corps, qui l'empêche d'en jouir. Quoiqu'elles semblent inaccessibles à notre bassesse et que la vue en passe en un moment, l'âme en retire beaucoup plus de profit, sans comparaison, que de longues années de méditation, et sans savoir comment.

Sainte Thérèse d'Avila
(1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Les Relations, 47 (trad. OC, Cerf 1995, t. 1, p.418 rev.)

jeudi 10 avril 2008

L'EUCHARISTIE (JESUS PRESENT DANS L'HOSTIE)

« Vous ferez cela en mémoire de moi » (1Co 11,25)


L’Eucharistie est le mémorial de la Pâque du Christ, l’actualisation et l’offrande sacramentelle de son unique sacrifice, dans la liturgie de l'Eglise qui est son Corps. Dans toutes les prières eucharistiques nous trouvons, après les paroles de l'institution, une prière appelée anamnèse ou mémorial. Dans le sens de l'Ecriture Sainte le mémorial n'est pas seulement le souvenir des événements du passé, mais la proclamation des merveilles que Dieu a accomplies pour les hommes. Dans la célébration liturgique de ces événements, ils deviennent d'une certaine façon présents et actuels. C'est de cette manière qu'Israël comprend sa libération d'Egypte : chaque fois qu'est célébrée la Pâque, les événements de l'Exode sont rendus présents à la mémoire des croyants afin qu'ils y conforment leur vie (Ex 13,3.8).

Le mémorial reçoit un sens nouveau dans le Nouveau Testament. Quand l'Eglise célèbre l'eucharistie, elle fait mémoire de la Pâque du Christ, et celle-ci devient présente : le sacrifice que le Christ a offert une fois pour toutes sur la croix demeure toujours actuel : « Toutes les fois que le sacrifice de la croix par lequel le Christ notre Pâque a été immolé se célèbre sur l'autel, l’oeuvre de notre rédemption s'opère » (Vatican II, LG 63).

Parce qu'elle est mémorial de la Pâque du Christ, l'eucharistie est aussi un sacrifice. Le caractère sacrificiel de l'eucharistie est manifesté dans les paroles mêmes de l'institution : « Ceci est mon corps qui va être donné pour vous » et « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui va être versé pour vous » (Lc 22,19-20). Dans l'eucharistie le Christ donne ce corps même qu'il a livré pour nous sur la croix, le sang même qu'il a « répandu pour une multitude en rémission des péchés » (Mt 26,28). L'eucharistie est donc un sacrifice parce qu'elle re-présente (rend présent) le sacrifice de la croix, parce qu'elle en est le mémorial et parce qu'elle en applique le fruit.

Catéchisme de l'Eglise Catholique § 1362-1366