vendredi 24 février 2017

25 Février : SAINT TARAISE, Patriarche de Constantinople

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile 
et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” (SaintFrançois de Sales.)

SAINT TARAISE, né à Constantinople au milieu du VIIIe siècle, fut un homme suscité par la Providence pour la défense de la foi.

Bien jeune encore, ses mérites l'élevèrent à la dignité de consul et de secrétaire de l'empereur. C'est de là que, tout laïque qu'il était, comme un nouvel Ambroise, il dut monter sur le trône patriarcal de Constantinople ; mais, en homme de caractère, il posa ses conditions, dont la première tendait à l'écrasement de l'hérésie des iconoclastes, si fameuse par sa haine contre le culte des Saintes Images.

Quelques hommes de science et de vertu, dont le caractère était plus fougueux que le sien, lui firent des reproches de la douceur et de l'esprit de conciliation qu'il montra en plusieurs occasions difficiles ; mais jamais sa modération ne le fit transiger avec son devoir, et il sut plus d'une fois se montrer inflexible quand la gloire de DIEU et l'intérêt des âmes le demandaient.

Nous trouvons dans ces différentes manières d'agir des saints une importante leçon, la prudence des uns, la fougue des autres, ont souvent été justifiées selon les circonstances : deux conduites opposées, ayant également pour fin la gloire de DIEU peuvent être inspirées semblablement par la grâce.

Outre son zèle pour la foi, Taraise, au milieu du faste oriental, montra une pauvreté tout évangélique ; il fut admirable par la simplicité de sa vie, la frugalité de sa table, la brièveté de son sommeil, sa bonté paternelle envers les pauvres de JÉSUS-CHRIST.

Parmi les traits de sa charité, on cite son dévouement à protéger la vie d'un homme injustement accusé, qui s'était réfugié dans l'asile inviolable de l'Église, et dont il réussit à démontrer l'innocence. L'un des points caractéristiques de sa vie, c'est son amour tendre pour la Très Sainte Vierge Marie.

Il nous reste de lui, sur les mystères de la Mère de DIEU, des pages aussi nourries de doctrine qu'enflammées d'éloquence : "De quelles louanges vous comblerons-nous, s'écrie-t-il, Ô Vierge Immaculée, Vierge sans tâche, ornement des femmes et splendeur des vierges ! O Mère et Vierge sainte, Vous êtes bénie entre toutes les femmes ; Vous êtes célébrée à cause de votre innocence, et Vous êtes marquée du sceau de la virginité... »

Rien de plus beau peut-être n'a été dit sur la Sainte Vierge, que cette page admirable où il la salue vingt fois en rappelant tous ses titres glorieux. L'amour seul parle ce langage.

Taraise s'endormit dans le SEIGNEUR le 22 février 806, à l'heure où on chantait à vêpres ce verset : "Inclinez-vous, SEIGNEUR, écoutez ma prière."

Pratique. Sachez employer à propos, selon l'inspiration de la grâce, la modération et la fermeté.

 "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours a Vous"

Aucun commentaire: