samedi 29 octobre 2011

30 Oct - SAINT MARCEL, Centurion et Martyr / Bx ANGE D'ACRI, Capucin / Bse BIENVENUE BOJANI, Tertiaire Dominicaine

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile et la vie des Saints qu’entre une musique notée et une musique chantée.” (Saint François de Sales.)

MARCEL était un brave centurion des armées romaines. Il combattait en Espagne, lorsqu''on voulut lui faire prendre part au sacrifice païen qui se célébrait en l'honneur de la naissance de l'empereur Maximien-Hercule. Il refusa énergiquement, déclarant qu'il était chrétien et que sa foi lui défendait cette impiété. Il fut condamné à mort et décapité, le 30 octobre 298.
 
LE BIENHEUREUX ANGE D'ACRI,
Capucin



Le Bienheureux Ange d'Acri, né dans la Calabre, de parents pauvres, eut le bonheur d'avoir pour maître, dans son enfance, un pieux capucin qui lui apprit à méditer chaque jour la Passion de JÉSUS-CHRIST et à s'approcher souvent du sacrement de Pénitence et de la Table sainte.

Qu'elle édification pour tous de voir cet enfant passer parfois deux ou trois heures de suite dans la contemplation des souffrances du SAUVEUR! A dix-huit ans, il entra chez les capucins ; mais il en sortit plusieurs fois par inconstance et par suite d'une tentation du démon, qui lui montrait le salut facile au milieu du monde.

La troisième fois il se mortifia si bien, il se mit à l'œuvre avec tant de courage, qu'il obtint la grâce de la persévérance et même dépassa de beaucoup la mesure commune de la perfection des religieux. Au jour de sa première messe, il tomba en extase après la consécration, ce qui lui arriva souvent dans la suite.

Son désir était de passer sa vie dans le silence du couvent, tout occupé de DIEU et de son âme; mais le Ciel le destinait à de grandes œuvres. Ses premières prédications furent laborieuses, car la mémoire lui fit défaut, et il lui fut impossible de prêcher ses sermons comme il les avait écrits.

Craignant de ne pas être appelé à la vie de missionnaire, il pria DIEU avec ferveur de lui manifester sa volonté. Il entendit un jour, pendant sa prière, une voix qui lui dit : "Ne crains rien, je te donnerai le don de la prédication, et désormais toutes tes fatigues seront bénies. Tu prêcheras à l'avenir dans un style familier, afin que tous puissent comprendre tes discours." Ému de cette révélation, il comprend la cause de son peu de succès jusqu'à ce jour : désormais il abandonne ses écrits et ses livres, pour se borner à l'étude de l'Écriture sainte et du grand livre du CRUCIFIX.

Son éloquence, puisée à ces sources, devint si chaude et si profonde, que les plus savants eux-mêmes en étaient ravis d'admiration. Pendant trente-huit années d'apostolat, malgré les efforts de l'enfer, il opéra un bien immense dans la Calabre.

Sa grande force, son argument invincible, était surtout le souvenir de la Passion du Sauveur; il n'en parlait jamais sans faire fondre en larmes tout son auditoire. DIEU permit qu'il mourût aveugle, le 30 octobre 1739.

Pratique: Retenez la parole du B. Jean d'Acri mourant : « Oh ! Qu'il est beau d'aimer DIEU! »
 ============== 

Bse Bienvenue Bojani
Tertiaire dominicaine, (1225-1292)



Née à Cividale dei Friuli (Italie), elle passa sa vie dans des austérités hors du commun.

Elle entra dans le Tiers Ordre de Saint Dominique et se sanctifia ainsi sans entrer dans un couvent. Ses contemporains l'ont dotée de toutes les vertus, mais « on se demande quand elle eut le temps de les mettre en œuvre tellement son biographe nous la montre occupée à faire sans cesse des miracles. » (Englebert) Elle voulait imiter les souffrances du Christ. Un cilice ne lui suffisant pas, elle serra autour de sa taille une corde qui, peu à peu, lui entra dans la chair. Elle en tomba malade, couverte d'ulcères douloureux. Le pape Clément XII la béatifia en 1763, ratifiant ainsi le culte que le peuple lui rendait.


INTROIBO : Dernier dimanche d'Octobre : Le Christ-Roi

HODIEMECUM : Saint Marcel le Centurion, et ses enfants, martyrs à Tanger. 298.


MAGNIFICAT : Saint Alphonse Rodriguez, Frère coadjuteur de la Compagnie de Jésus / Bienheureux Ange D'Acri, capucin     L'Evangile du Jour sur PerIpsum   son Commentaire par Saint Augustin


"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous"

Aucun commentaire: