samedi 6 février 2016

7 Février : SAINT ROMUALD, Abbé

"Il n’y a pas d’autre différence entre l’Evangile et la vie des Saints 
qu’entre une musique notée et une musique chantée.” 
(Saint François de Sales.)

SAINT ROMUALD naquit à Ravenne, en 956, d'une des plus illustres familles d'Italie.  Sa jeunesse fut orageuse, mais bientôt la grâce qui le poursuivait triompha de ses résistances, et il racheta son passé par les plus effrayantes austérités.

Après avoir vécu sept ans dans un monastère de Saint Benoît, il se sentit inspiré de mener la vie solitaire, et alla habiter avec un saint homme qui lui faisait réciter chaque jour de mémoire tout le psautier. Quand il faisait quelque faute, l'ermite toujours armé d'une verge, lui donnait un rude coup sur l'oreille gauche. 
Romuald souffrait patiemment; cependant un jour, s'apercevant qu'il perdait l'ouïe du côté gauche, il pria le rude vieillard de le frapper sur l'oreille droite. Ce fait suppose un grand progrès dans la vertu.

Bientôt,
  Romuald devint le chef d'une foule de solitaires ; il réforma et fonda un grand nombre de monastères et établit enfin l'ordre des Camaldules. DIEU éprouva sa vertu par les terribles assauts du démon, qui lui demandait à quoi servaient tant de prières et de pénitences.

Les victoires du saint rendaient son ennemi plus furieux, et plus d'une fois il fut battu et foulé aux pieds par des esprits malins revêtus des formes les plus fantastiques et les plus affreuses. "Quoi! disait  
Romuald au démon, en se moquant de lui, tu as été chassé du ciel et tu viens au désert montrer ta honte! Va-t'en, bête immonde, vilain serpent! "

Notre Saint jouit à un haut degré du don des larmes ; il ne pouvait célébrer la messe sans pleurer, et pendant son oraison, vaincu par l'émotion et ravi en extase, il s'écriait : "JÉSUS, mon cher JÉSUS ! Ô doux miel, ineffable désir, délices des saints, suavité des anges!" 


Arrivé à une extrême vieillesse, il jeûnait encore tous les jours, et pendant le carême il se contentait d'une écuelle de légumes à son unique repas. Quelquefois il demandait certains mets, afin de les voir, d'en faire le sacrifice à DIEU et de se moquer de la sensualité : "Voilà un bon morceau, bien apprêté, 
Romuald, disait-il ; tu le trouverais bien de ton goût, n'est-ce pas? Eh bien! Tu n'y toucheras pas et tu n'en auras eu la vue que pour te mortifier davantage."

Il faisait tant et de si grands miracles que toute la nature semblait lui être soumise. 


Quand cet illustre athlète de la pénitence mourut, le 19 juin 1027, il avait cent vingt ans; une vie si longue, malgré des austérités si extraordinaires, n'est-elle pas à elle seule un prodige? 


Pratique.  
Ne passez pas un seul jour sans faire quelque pénitence corporelle ; votre âme bénéficiera de tout ce que vous retrancherez à votre corps. 


                          "Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours a Vous"

Aucun commentaire: